Historique


Conformément aux directives du CNS, les cours et les répétitions sont suspendus jusqu'au 3 avril 20 inclus


MONS HAVRE BAND "1869"

Genèse : Notre société musicale n’est pas la première dans le village d’Havré.


Sous le régime français (XVIII-XIXème siècle), existait une école de chant.


Vers 1854, CAUDRON, instituteur et poète, avait constitué une chorale et ses chansons satiriques lui valurent de nombreux démêlés avec les autorités de l'époque. (Sources : Poumon, Emile, « Havré, le Duché, le Village, le Prieuré de St Antoine en Barbefosse » ).


1869 – 1914 : C'est sous le mayorat de François Hot, bourgmestre de 1868 à 1879, que notre société vit le jour et appela à sa direction M. DUMONCEAU, un cafetier qui à l'époque gérait le " Café du Coin " qui était situé en face du monument. On ignore tout des talents de ce premier chef tout autant que de ceux de ses successeurs Fernand BROGNIEZ, Albéric RUELLE et ROUSSEAU, de 1869 à 1914.


Une nouvelle société vit le jour vers 1914: La Fanfare " Les Industries Réunies ". Havré est alors un village opulent qui vit de son industrie depuis le XIXème siècle et c’est naturellement que les ouvriers s’associent pour la détente…


La première guerre mondiale marqua un coup d’arrêt dans l’évolution de la société. Y eut-il des activités musicales dans le village à cette époque ? Certes, mais il n’en subsiste aucune trace…


Vers 1920, une nouvelle société issue des mouvements socialistes naît : " Les Ouvriers Réunis ". Une période de léthargie s’installe, aggravée encore par la grande dépression des années 30 et dont l’issue débouche sur la guerre de 1940. On assiste aussi à la déliquescence du château, ébranlé par les galeries de mines et l’ampleur des travaux à réaliser, il tombe dans l’oubli…


1948, Renaissance : Après la guerre et la reconstruction, le village d’Havré connait un essor économique sans précédent qui perdurera jusqu’à la fermeture du dernier charbonnage (charbonnage, chimie). La population augmente. Une école de musique se crée, largement fréquentée et dont l'enseignement est prodigué, d'une part par M. Paul DEGANK, pianiste-compositeur, et d'autre part, par Madame OST, violoniste sortie du Conservatoire Royal de Mons.

Le 10 février 1948, sous l'égide de Monsieur Edouard LABIE, bourgmestre, naquit la " Société des Fanfares Communales d'Havré ". Cette nouvelle phalange reprenait donc, après liquidation de la première et pratiquement sans interruption, le relais de la Fanfare créée en 1869 et s'enrichissait d'une bonne part des effectifs des deux autres sociétés qui subsistaient encore. Ce regroupement fut consacré dans les faits le 14 février de la même année, date à laquelle les musiciens furent réunis pour la désignation de celui qui allait prendre la direction de la Société des Fanfares pendant près de 25 ans : Monsieur Jules THOMAS, professeur de musique et lauréat du Conservatoire Royal de Mons.

Plusieurs sous-chefs se sont succédés et notamment M. Gaston CAMBIER et M. Julien CURE en 1957. Lors de notre centenaire, les dirigeants de l'époque avaient évalué à 300 le nombre d'élèves qui étaient passés par l'école de Musique de 1948 à 1969. Au décès de Monsieur THOMAS, M. Fernand RUELLE fit un court passage en qualité de chef de musique. Il fut ensuite remplacé par M. Pierre DELAFONTAINE pendant près de 12 ans. M. Julien CURE le seconda dans sa tâche et continua à former de jeunes musiciens, dont certains sont encore aujourd'hui au pupitre de notre société.

A noter que de fanfare, la société évolue vers l’orchestre d’harmonie : les bois (clarinettes, saxophones) enrichissent la couleur musicale et le répertoire.


1987 Depuis juillet 1987, la Société des Fanfares Communales d'Havré est dirigée par Monsieur Georges DELAUNOIS. Monsieur José Wibaut en assure la présidence de notre fanfare de 1991 à 2003. Depuis 1998, notre société est lauréate de la 1ère catégorie des rencontres musicales de la Province de Hainaut.


Les années 2000 : Après le départ de José Wibaut en 2003, notre société se cherche : le recrutement de musiciens s’avère difficile : la mode n’est plus aux fanfares… Le succès de l’école cependant permet encore de l’espoir. En 2005, Antonino Terrasi, saxophoniste ténor, est élu Président. Notre société entame alors une réflexion : Comment attirer de nouveaux musiciens ? La réponse à cette question suppose deux choses : aller chercher les élèves de l’école et les motiver à rester avec nous. La société a donc évolué vers un répertoire plus ouvert et attrayant pour le public et ses musiciens. Si nous interprétons encore des morceaux et thèmes classiques ou traditionnels, nous puisons aussi dans la musique de variété et dans les répertoires de musiciens et chanteurs contemporains.

Autre aspect de notre évolution : le changement de nom : l’acronyme « Fanfare Communale d’Havré » ne correspond plus du tout à la réalité.  Notre société n’est pas communale au sens strict : la Commune d’Havré a été reprise dans l’entité de Mons, et nous sommes une association privée. De même, notre société n’est plus une fanfare mais un orchestre d’harmonie.

Après longue réflexion, une nouvelle appellation nous est apparue évidente :« Mons Havré Band 1869 » est né. Mons - Havré : notre société fait partie de l’entité montoise et se devait d’intégrer Mons dans son nom. Le village d’Havré garde sa spécificité mais s’intègre dans la Ville de Mons. Band : ce mot reprend le terme Italien « banda » qui signifie Fanfare mais dont les évolutions linguistiques ont donné « Bandas » dans le pays basque, « big band, brass-band » dans les pays anglos-saxons. Il traduit aussi la notion de groupe ou ensemble (bande) qui rejoint ainsi le terme « Harmonie » 1869, pour rappeler l’origine de notre société et se rappeler qu’elle a une histoire déjà bien longue…